Quelle stratégie ?

 

Une stratégie de propriété intellectuelle (PI) s’appuie sur un portefeuille de droits PI qui doit être en ligne avec le modèle économique de votre entreprise, son environnement partenarial et concurrentiel et ses objectifs.

La stratégie de PI doit servir les objectifs d’affaire visés. La startup ayant pour objectif de se faire racheter par un poids lourd doit avoir un portefeuille de droits PI attractif et devra investir dans des acquisitions de droits ciblées. L’entreprise qui vise à devenir leader dans son marché a généralement intérêt à déployer une stratégie plus offensive avec des brevets pionniers, des brevets de perfectionnement incrémentiel, des brevets de barrage. Elle doit également avoir une gestion intelligente entre la part du brevet, la part du secret et celle de la communication/divulgation.

Le secret à sa place dans une stratégie PI, par exemple pour un procédé de fabrication dont la mise en œuvre serait difficile voire impossible à détecter sur le produit commercialisé. Encore convient-il d’organiser ce secret et de mettre en place les moyens qui le garantiront.

Une acquisition extensive de droits de PI peut s’avérer ruineuse. Il faut donc choisir où concentrer ses ressources pour un résultat aussi efficient que possible. Une telle démarche passe par une vision claire de ses actifs immatériels protégeables et de ceux qui ne le sont pas. De plus, la connaissance des droits PI de ses concurrents et partenaires par une veille adaptée est nécessaire pour un bon pilotage de sa stratégie.

L’avantage concurrentiel qui découlera du déploiement de sa stratégie PI et son impact sur les clients doivent autant que possible être évalués et quantifiés en amont pour s’assurer de la pertinence de la stratégie définie. Catégoriser et évaluer financièrement les droits PI inclus dans son portefeuille va dans le sens d’une optimisation du retour sur investissement. Cet aspect pourra être abordé avec une batterie de questions qui bien entendu devront être adaptées à la réalité de l’entreprise.

Par exemple :

  • Quels sont les brevets pionniers ou « princeps » , ainsi que les brevets de perfectionnement ou de complément indispensables à l’activité de l’entreprise ?

  • Des actifs immatériels de PI non essentiels pour l’entreprise peuvent-ils être valorisés par des cessions de droits ?

  • Le portefeuille PI doit-il être utilisé de manière offensive contre les concurrents pour les exclure d’un marché ou pour produire des revenus basés sur des royalties ?

  • Le portefeuille PI doit-il au contraire être utilisé de manière défensive comme un bouclier de protection ou une arme de dissuasion ?

  • Le portefeuille PI doit-il démontrer l’avance technologique de l’entreprise ou vise t-il à lui associer une forte image d’entreprise innovante à des fins de marketing ?

  • Est-il question d’éviter un dé-sourcing par un grand donneur d’ordre ?

  • Un patent pool est-il en phase de constitution dans le secteur d’activité de l’entreprise ?

  • L’entreprise participe t-elle à des comités de normalisation ?

  • L’entreprise est-elle susceptible de céder des licences FRAND ?

  • La R&D fait-elle usage de logiciels open source ?

  • L’entreprise est-elle une early-stage startup en recherche d’investisseurs ?

innovation-2057545__340d

Votre entreprise est unique et demande une stratégie PI adaptée